Thursday, November 15, 2007

Rêve party

d'abord on a vidé le plus de bouteilles possible parce qu'on tenait pas en place et qu'on avait plus soif l'effet kisscool ca vous réussit c'est glacé mais ça réchauffe gravement alors nous voila chaud, bien comme y faut d'abord et puis y a eu la poudre sur un morceau de miroir et nos sales gueules dans le miroir sniffant la poudre et le miroir laissé là dans son coin et les bouteilles finies ou presque ou pas les verres cassés certains y en a qui voulait d'autres pas. Moi je m'écrasais parce que je savais que la responsabilité me tomberait dessus et bien sur je voulais pas être "responsable" de toute cette merde car meme sous cc j'ai le nez sensible mais comme toujours l'aiguille qui oscille entre oui non oui non s'est arrêtée trop longtemps sur oui alors plein de convictions j'ai empoigné mes clés et j'ai dit on y va! surtout faire gaffe, les flics et tout mais surtout les angles serrés qui vous prennent par surprise la nuit pour aller mourir un peu, passionnément elle me prépare une roulée, je l'allume pour qu'il la fume avec l'autre et on attend le mec mais forcement le mec il arrive jamais et son portable bronche pas des masses alors on fume même la fumée en tapant du pied et la caisse du mecton déboule et on est reparti c'est long un chemin de campagne la nuit quand on est plein de soleil excité il en faut de la patience et surtout pas lui rentrer dans le cul à l'autre enculé d'ardéchois sinon sans quoi ya pas et s'est la fin des p'tits pois mais ya et ça fait comme qui dirait BOOM BOOM BOOM dans ta gueule Breaking the waves of sound dirait le poète c'est con des mecs qui couinent devant des caissons mais c'est bon d'être con quand on l'est en groupe et heureusement qu'ya Père pour distribuer les précieuses graines blanches "mitsubishi" dans la basse-cour il fait tomber ses graines depuis sa voiture qui fume de l'interieur et nous on fait "gob gob gob" parterre partout par a coux et la nuit passe passe passée et rien que le jour qui se lève derrière la colline monter monter plus haut ou O ou au dans l'eau vers un endroit ou fermer les yeux et le BOOM BOOM BOOM qui s'étouffe un peu mais pas trop bonjour l'ami nuage qui poussièrise le ciel maintenant bleu blue et dans mes yeux clos je vois son cul qui s'accorde avec le son et qui comment dire me convient bien et je pourrais lui arracher tout son surplus et la violer peut être dans la terre près du feu qui crapahute vers les étoiles les étoiles qui sont des graines qu'on voudrait tous gober pour apprendre à voler biensur le pire c'est la descente du ciel de la colline jusqu'à la voiture qui nous ramène au bercail on était comme qui dirait un peu crevés et on a pas dit un mot de trop ni un silence de moins on a juste regardé la montagne et la route et le chien qui dormait dans un champ et que personne n'a vu

4 Comments:

Anonymous said...

je trouve ça honteux. Mais je respecte la liberté d'expression. Notez bien: d'expression.

Anonymous said...

moi j'aime bien

Flo said...

Tant pis pour les mauvaises langues qui trouvent le texte honteux (ce point-là reste néanmoins fort obscur). Dans la même veine que le précédent, alors pas de redite. Il y a quelque chose à l'oeuvre, ça se sent. Alors je lis et j'apprécie beaucoup. Seul regret, trop court. Mais ce n'est pas la taille qui compte après tout.

Anonymous said...

mes éloges a Shakenspear a reve party et a Sfordzinda I. nouveau souffle les gars, vogue les enplumés.

s